.
TRADUCTION ANGLAISEFR
METAPHYSIQUE DU TEMPS CHEZ ARISTOTE-II-
DESCRIPTION DU LIVRE

TITRE : 

METAPHYSIQUE DU TEMPS CHEZ ARISTOTE - II - 

SOUS TITRE :

Métabiologie du mouvement entéléchique

AUTEUR :

Régis LAURENT (ISNI 0000 0000 7734 4099)

PAGES : 262 en papier bouffant 80g

Couverture : 250g pelliculage brillant 

ISBN-10: 2953384626

    ISBN-13: 978-2953384628

PRIX : 39 €

IMPRIMEUR : Nouvelle Imprimerie Laballery

Dépôt légal : Avril 2021, n°: DLE-

.
.
BIOGRAPHIE DE l'AUTEUR

Régis LAURENT n'est pas philosophe mais métaphysicien. Si le philosophe tente de se synchroniser au monde tel un mauvais algorithme qui se perd dans la dénotation, le métaphysicien dépasse les algorithmes en posant qu'il existe des mouvements a priori de synchronisation de l'homme au monde.

PRESENTATION DE L'OUVRAGE

Lorsque l’École d’Athènes ferme en 529, on constate que deux tendances resteront inconciliables, celle aristotélicienne d’Isidore de Gaza accompagné d’autres "Phéniciens" et celle platonicienne de Marinos. De même, alors que la philosophie germanique s’achève, il est remarquable de noter que Kant, à l’ultime fin de sa première critique, avait admis qu’il n’existait que deux voies de fondation possibles de l’a priori : la voie (aristotélicienne) « physiologique » qui sera reprise par Nietzsche et la voie (platonicienne) « historique » empruntée par Hegel. La première partie de ce 2ème volume prendra pour acquis qu’il n’existe pas de théorie qui puisse unifier ces deux tendances. Ce qui impliquera une scission de deux mouvements irrationnels que sont le mouvement entéléchique aristotélicien et le mouvement dialectique platonicien. Le premier mouvement sera au fondement de la théorie de la connaissance (De la science) alors que le second sera au fondement de la théorie des valeurs (De l’Idéologie). Nous verrons que c’est le concept de conscience qui sera le critère majeur de cette division de la marche binaire constitutive du savoir non pas universel mais strictement occidental. Si nous avons pu rattacher le mouvement dialectique à la théogonie iranienne, nous ne mettrons pas en doute que le mouvement entéléchique soit une découverte aristotélicienne qui a obligé le Stagirite à forger ce néologisme bien que plusieurs pistes mènent à la pensée ionienne fondamentale. Ce sont les raisons pour lesquelles nous ne présentons pas le troisième mouvement irrationnel : le mouvement que nous nommons « rabbinique ». C’est également pour ces raisons que nous avons décidé de surseoir à la définition du mouvement hégélien qualifié improprement de « dialectique », qui est en fait une synthèse romantique de ces trois mouvements, synthèse non dénuée d’une grandiose intuition mais synthèse consciente toujours en prise avec l’après-coup. Néanmoins, en posant qu’il existe un corps a priori (métabiologie) du surhomme, nous avons laissé ouvert son investissement possible par l’histoire, au sein de la théologie occidentale, principalement chrétienne. En définissant le mouvement dialectique ce travail aura donc une première définition négative du mouvement entéléchique qui est l’objet de la seconde partie. Epistémologiquement, ce travail permettra de poser que nous sommes un référent temporalisé qu’il convient de bien situer et à partir duquel nous pourrons comprendre le temps aristotélicien et plus particulièrement le nombre pythagoricien, non situé, qui semble être à son fondement. Enfin méthodologiquement, seul Freud, au sein du postkantisme, aura compris que le développement des sciences modernes oblige le métaphysicien à travailler sans conscience, qu’il me soit donc permis ici de lui rendre le plus grand hommage en le citant à la fin et donc au début de la remémoration des hommes.


 
.
SOMMAIRE
 

I. Les conditions épistémologiques contemporaines d’un déploiement historique du mouvement entéléchique métabiologique aristotélicien constituant une modélisation non-dialectique de la manifestation d’un mouvement irrationnel possible de l’être en tant qu’être.

II. Les schèmes du mouvement entéléchique